Escalade

Midi : éthique et tacles à l’heure des ouvertures

La face sud de l'aiguille du Midi a un rapport approche/qualité de grimpe imbattable pour l'escalade granitique. Cette face cuivrée recèle tout les styles propre au granite de Chamonix : fissures, dièdres et dalles. Et les voies seraient certainement très peu parcourues si le téléphérique achevé en 1955 n'existait pas. "En effet, qui donc aujourd'hui accepterait de remonter pendant près de deux jours l'interminable Mer de glace, les séracs du Tacul et le haut du glacier du Géant pour aller s'ébattre sur une facette de granit d'à peine 200 mètres de haut." Michel PIOLA (ouvreur de voies)

L'histoire  de ce pilastre débute un beau matin de juillet 56, Gaston Rébuffat en compagnie de Maurice Bacquet (Violoncelliste virtuose et acteur) réalisent la première voie. La fameuse "Rébuff" (TD+ 6a max) fera l’unanimité de la critique et deviendra une voie de référence avec en prime le Mont-Blanc en toile de fond. Aujourd'hui encore elle n'a rien perdu de son succès, et attendez-vous à faire la queue à chaque relai si vous l'envisagez par une belle journée d'été. C'est certainement la voie la plus fréquentée du massif!

En 1957, André Contamine ouvre le pilier de droite. Une belle classique (ED) en fissure avec une 6 ème longueur qui comblera les passionnés de verrous. (6c+ tout de même)

Pierre Mazeaud, s'occupe des dièdres de la partie gauche en 1963. La deuxième longueur 6b/c de la voie Mazeaud (ED+) est un dièdre parfait. Les amateurs de livres ouverts peuvent continuer en direction du dièdre de L4 de la voie "Ma Dalton", un sévère 7a mais absolument remarquable! Conseil : prenez 2 friends N°4 pour être serein.

Quant aux dalleux, ils se régaleront dans la voie "Monsieur de Mesmaeker"(ED+). Ouverte en 81 au tamponnoir (la perceuse n'arrivant qu'en 85) par l'hyper-spécialiste des dalles à bossettes Michel Piola. La première longueur 6c est un must du genre! La voie a été rééquipée en broches scellées. Piola, toujours depuis le bas, ouvre : "Jules", "Super dupont" (ED 6a obl, rééquipée et a faire impérativement) et aussi "Ma Dalton" (ABO). Cette dernière "parachève son œuvre, et pour une fois, fait exception à une longue tradition de dalle. Ce toit long de 6 mètre est […] une réplique parfaite du masterpiece californien " Separate Reality". Dans ce 7b d'altitude viennent ce coincer les mains illustres de Renault, Pedrini et Blanc. Puis, avec l'enchainement en libre de "Ma Dalton/De Mesmaeker",l'artisan américain Griffith déjoue la concurrence." Extrait d'un article écrit par Romain vogler (ouvreur de voies) dans le Vertical N°12.

Romain Vogler est en quelque sorte le concurrent direct de Piola à l'heure des ouvertures de cette face Sud. En 86, le Team Long-Vogler riposte et concrétise quatre nouvelles voies ouvertes "du haut ou du bas, à la main ou à la perceuse" (Le fou de l'aiguille, Midi Mélodie, Ballade pour Aurélia, Jeanne sa voisine)

Dans "le topo du massif du Mont-blanc, tome 1, Ed.1988", Piola reconnait que ces voies empruntent des belles sections mais reproche le "spitage tout horizons depuis le haut" ainsi qu'une "certaine confusion dans les croisés et la logique des itinéraires".
En réponse de cela, dans ce même article, Vogler considère que "quand on mousquetonne un gollot, on apprécie son emplacement judicieux, mais on se préoccupe rarement de son historique"

Il est amusant de constater combien l’Éthique de l'escalade anime les querelles du clocher de l'aiguille de Midi!  Voie Vogler ou voie Piola, fissure ou dalle. Qu'importe finalement, il y du bon à prendre chez chacun de ces grands ouvreurs.
Essayez les toutes!

Guillaume